Voici un très joli texte de Marlise Wabun Wind sur un thème qu’elle affectionne tout particulièrement.

Pour comprendre pourquoi autant d’entre nous (ainsi que nos mères) sommes ou avons été assoiffés d’amour, nous devons comprendre ce qu’était L’AMOUR MATERNEL lorsque les enfants étaient considérés comme des dons précieux de la terre, et pourquoi l’amour maternel a été dévalorisé depuis trop longtemps.

Voici un éclairage succinct de ma vision de l’histoire du monde. Au début de l’humanité, nous communiquions à travers des ressentis, non à travers des mots. Et avec l’évolution, nous avons commencé à penser, puis à parler. Nos sociétés premières étaient matriarcales, centrées sur la mère et l’enfant. Ceci a duré des milliers d’années et il existe des restes de certaines d’entre elles partout dans le monde. Dans le matriarcat, les femmes étaient considérées comme sacrées et magiques car elles pouvaient créer une vie nouvelle, nourrir, éduquer et prendre soin des enfants afin qu’ils puissent grandir et prospérer.

Pour des raisons dont je parlerai une autre fois, l’homme en est venu à dominer et à établir des patriarcats. Dans le patriarcat, tout ce qui rappelait aux personnes le pouvoir que la femme avait auparavant a été détruit autant que possible. Les qualités admirées durant les périodes centrées sur la femme ont par conséquent été dépréciées dans la société patriarcale.

Quelles sont les qualités dont une personne a besoin pour être une bonne mère ?

Vous avez besoin de faire preuve de patience, de perspicacité, de compréhension, d’acceptation de ce qui est et d’être capable d’éduquer. N’importe quelle personne qui a passé du temps avec un enfant sait que cela requiert de la patience. Un enfant avance à son propre rythme. Il veut manger lorsqu’il a faim, dormir lorsqu’il est fatigué et être pris dans les bras lorsqu’il ne se sent pas bien pour une raison ou pour une autre. Il n’est ni conscient, ni soucieux des horaires que ses parents pensent qu’il devrait suivre.

Un enfant ne peut pas vous dire ce dont il a besoin ou ce qu’il désire avec des mots. Vous devez être assez intuitif pour apprendre à interpréter ses mouvements, ses expressions, ses pleurs, et répondre à ce dont il a besoin de manière sensée.

Vous devez comprendre les besoins d’un enfant pour pouvoir prendre soin de lui de la façon la plus appropriée et selon la nature de cet enfant.

Vous devez accepter les changements que ce nouveau rôle implique par rapport à l’ancienne vie que vous aviez. De plus, vous devez accepter que ce petit être n’est pas un mini-moi mais un être bien distinct et bien différent de vous.

Une bonne mère ou un bon père, une bonne grand-mère ou un bon grand-père, une bonne tante, un bon oncle ou de bons parents adoptifs doivent être prêts à apprendre comment prendre soin de ces petits êtres pour qu’ils puissent survivre, grandir et, espérons-le, devenir des êtres humains, aimants et convenables.

Elever implique de prendre soin et d’encourager la croissance et le développement d’une personne. Cela paraît simple, mais l’est-ce vraiment ?

Prendre soin de quelqu’un d’autre veut dire renoncer au temps et à l’énergie que l’on est habitué à avoir pour soi.

Au début du patriarcat, les femmes passaient le plus clair de leur temps au foyer et à la maison par nécessité. Peu de femmes avaient l’opportunité d’être indépendantes, aventureuses et d’acquérir la richesse et le pouvoir. Elles dépendaient des hommes qui les prenaient en charge, elles et leurs enfants.

La vie des enfants dans l’histoire patriarcale n’a pas été facile. Pourquoi ? Parce qu’ils étaient considérés comme la propriété du père, et les pères pouvaient faire, et d’ailleurs ont fait, ce qu’ils voulaient d’eux : les battre, les gronder, leur donner de mauvais traitements de différentes façons, jusqu’à même les vendre. Les bonnes mères essayaient de protéger leurs enfants, cependant puisque ceux-ci étaient considérés comme la propriété de l’homme, leur champ d’action était limité.

A travers des milliers d’années, des pères et des mères pleins de bonne volonté ont néanmoins essayé d’éduquer leurs enfants avec amour, mais l’amour était souvent empreint de punitions sévères afin d’aider leurs enfants à s’insérer au mieux dans cette société dominée par des valeurs masculines.

Depuis les cent dernières années, les choses se sont modifiées pour les femmes dans certains pays, malheureusement pas dans la plupart. Les femmes ont pu travailler, accéder à la richesse et au pouvoir et faire tout ce qu’un homme pouvait faire, jusqu’à même accéder à ce mur de verre qui est en train de craquer certes, mais qui est toujours bien en place.

Au même moment, les femmes ont pu décider de devenir mères, ou pas, et des hommes ont pu choisir d’avoir un rôle nourricier à l’égard de leurs enfants. En se mettant en place, ces changements positifs ont cependant créé beaucoup de confusion et nos parents, tout comme nous, avons essayé de faire au mieux. Les femmes et des hommes ont tenté de tout concilier et ont trouvé la tâche difficile à accomplir. Si vous voulez allier réussite professionnelle et éducation de vos enfants, l’un de ces deux aspects ne pourra pas recevoir suffisamment d’attention. Et souvent, ce sont justement les enfants qui ne reçoivent pas cette attention nécessaire. Alors, ils grandissent en ressentant qu’ils n’ont pas reçu l’amour auquel ils aspiraient tous.

Les adultes assoiffés d’amour élèvent des enfants assoiffés d’amour. C’est difficile de donner ce que l’on n’a pas reçu. Et malheureusement, c’est le type d’amour maternel que la plupart d’entre nous avons expérimenté. Pour s’adapter à notre société moderne, que vous soyez un homme ou une femme, on attend que vous soyez ambitieux, agressif, logique, orienté résultats et axé sur le fait de s’enrichir et d’avoir autant de pouvoir que possible.

Examinons maintenant les différentes qualités que les mères étaient sensées avoir dans les sociétés centrées sur la parentalité : la patience, la perception, la compréhension, l’acceptation et le prendre soin. De nos jours, la société demande de l’ambition, de l’agressivité, de la logique, des résultats et elle est basée sur la cupidité. C’est difficile d’avoir assez d’amour à donner à un enfant si vous essayez de favoriser ce type de qualités.

Une personne ambitieuse n’a pas beaucoup de patience. Une personne agressive ne fait pas preuve de tolérance. Une personne logique n’est pas à l’aise avec le monde des perceptions. Les personnes, intéressées par les résultats ont du mal à comprendre les besoins de quelqu’un d’autre. Une personne avide manque de cœur pour donner une attention complète et affectueuse.

Toutes les qualités dont vous devez faire preuve pour éduquer un enfant aimant et en bonne santé ont été dévalorisées dans la société dans laquelle nous vivons. Certaines mères, certains pères, grands-parents et d’autres personnes qui s’occupent d’enfants ignorent cependant ce que la société leur a appris. Ils ont réussi soit par chance, soit par une sagesse innée ou bien en travaillant suffisamment sur eux-mêmes à devenir des éducateurs aimants. Je suis persuadée que certains d’entre vous ont d’ailleurs été élevés par ce type de personnes. Je suis également sûre que certains d’entre vous élèvent leurs enfants ainsi. Et je salue toutes les personnes qui ont essayé au mieux de replacer l’amour maternel au rang sacré et magique qu’il occupait autrefois. Plus nous allons pouvoir mettre cela en place et élèverons de belles personnes, plus nous créerons un monde harmonieux.

Marlise Wabun Wind

(Traduit de l’anglais par Claire Jozan-Meisel)