« Une cérémonie n’est pas l’unique moment pendant lequel s’aligner avec le Sacré. Elle nous permet aussi de ressentir que nous en sommes partie intégrante et de nous en souvenir tous les jours de notre vie. »

Aux passages de saison et de demi-saison, venez prier pour la Terre, en cercle, entre femmes!

Une Cérémonie du Calumet vous est proposée le lundi 4 mai pour célébrer Beltaine, de 19h30 à 21h30, à Paris dans le 8ème.

La médecine du calumet m’a été transmise en 2017 par Marlise Wabun Wind, l’une des onze femmes à qui Evelyn Eaton l’a enseignée. Evelyn Eaton (1902-1983) était une romancière canadienne, née en Suisse, qui a consacré plusieurs ouvrages à la spiritualité amérindienne qu’elle a largement explorée dans la dernière partie de sa vie.

Le calumet est une médecine sacrée partagée par tous les frères et toutes les soeurs de la nation amérindienne pour prier, exprimer leur vérité, réparer et guérir leurs plaies. « Porteuse du Calumet », j’ai à coeur de vous faire partager cette cérémonie qui permet de se relier aux saisons de la Terre et au mouvement de guérison de notre belle planète.

Un court enseignement sur la Médecine du Calumet vous sera transmis, puis aura lieu la cérémonie afin d’envoyer nos prières au Grand Esprit. Elle se terminera par des chants au Féminin.

Informations et inscription par e-mail ici.

Apportez une tenue confortable, un petit coussin ou zafou. (30€)

Les participantes se livrant à cœur ouvert, chacune s’engage à respecter la confidentialité qu’elle attend des autres. 

 

Les calumets permettent d’envoyer prières et gratitude au Grand Mystère et de lui signifier la paix parmi toutes les nations, les tribus et les clans. Le foyer du calumet représente l’aspect féminin et la tige ou le tuyau, l’aspect masculin de toute chose. Lorsque l’on place le tuyau dans le foyer, ceci symbolise l’union, la création et la fertilité.

En chargeant le foyer du calumet, chaque pincée de tabac est bénie en tant que représentation des relations que nous entretenons avec les formes-esprits. Symboliquement, on les fait rentrer dans le foyer pour leur rendre grâce : on honore la Terre-Mère, le Père le Ciel, Grand-Père le Soleil, Grand-Mère la Lune, les quatre orients, les arbres, les minéraux, les insectes, les oiseaux, les poissons, tous les animaux, les insectes, les étoiles, les quatre éléments et tous les êtres humains. Ainsi, est-il important de fumer la totalité du tabac qui a été mis dedans.

La fumée du calumet est la manifestation visuelle de la prière et rappelle que l’esprit est dans toute chose. Ainsi, toute vie vient du Grand Mystère et retournera à la source universelle. Avec cette compréhension du monde et de l’univers, nous savons que nous marchons tous sur le même sentier, celui du cercle de vie. On arrive à s’unir à tout l’univers en fumant le calumet, l’essence de chaque manifestation du Grand Esprit entrant en chacun de nous en fumant. Ceci nous rappelle que l’harmonie arrive lorsque nous sommes en osmose sacrée avec tous les êtres.

Chez les Amérindiens la notion de Paix se situe à plusieurs niveaux. Dans notre monde moderne, on regarde la paix comme l’absence de guerre. Chez les Amérindiens, c’est une façon d’agir, de savoir, de créer, d’écouter, de parler, de vivre car la paix vient de l’intérieur. Elle vient de l’harmonie à reconnaître et à honorer notre partie féminine et masculine, l’enseignement et l’apprentissage, l’humilité et la fierté. C’est quelque chose qui ne peut être sondé que par le moi supérieur. Si cela pouvait se mesurer, ce serait mesurable par la capacité du cœur à rester ouvert, serein et sans peur.

La médecine du calumet indique que la paix intérieure peut être trouvée par l’équilibre intérieur en honorant les deux aspects de notre nature, mâle et femelle et en reconnaissant que la flamme éternelle du Grand Mystère vit en soi.

(Texte inspiré des écrits de Jamie Sams)